TOP

#8 – Jean Moreau – Phenix

« Phenix a redistribué l’équivalent de 50 millions de repas en 4 ans »

 


 

Cette semaine, nous avons rencontré Jean Moreau, un des deux fondateurs avec Baptiste Corval de Phenix, une des plus belles startup circulaires françaises. En effet, Phenix a déjà permis de redistribuer l’équivalent de 50 millions de repas en 4 ans !

Il faut savoir que le gaspillage alimentaire est une des plus grandes sources de gâchis au niveau mondial. En effet, du champs à l’assiette, on estime qu’un tiers des denrées alimentaires est jetée, notamment 38% par les ménages et les reste par les professionnels (exploitants agricoles, industries agro-alimentaires, distributeurs, restaurateurs). En France, cela représente 20 à 30 kg d’aliments jetés par personne et par an en France, dont 7kg encore emballés.

Les coûts du gaspillage dans le monde.

Lancée en 2014, Phenix est rapidement apparue comme la startup la plus visible dans l’économie circulaire en France. En se concentrant principalement sur le traitement des denrées alimentaires invendues de la grande distribution, l’entreprise a digitalisé et industrialisé l’activité de la banque alimentaire puis étendue son offre à d’autres acteurs comme les collectivités, les commerces de proximité ou même les industriels. De même, les traitements ont eux aussi été différenciés. Suite aux activités de redistribution aux associations, des processus de reventes, voire même de transformations ont été mises en place de façon à atteindre le zéro gâchis de façon vertueuse.

Diversifier les gisements pour multiplier les impacts

Désormais bien établie et sûre de sa solution, Phenix souhaite accentuer la diversification des gisements sur lesquels elle agît. Aujourd’hui, 85% de l’activité est concentrée sur les denrées alimentaires mais les besoins de redistribution d’autres produits et matériels est tout aussi utile pour les enseignes de grandes distributions et même des centres commerciaux. C’est ce que Jean appelle le « Smart Waste Management », qu’on pourrait aussi appelé le « Smart Resource Management » finalement puisque Phenix a la bonne idée d’agir avant que le produit ne soit considéré comme un déchet. C’est d’ailleurs là que Jean et son équipe font la différence avec les acteurs historiques du secteur des déchets car tout est considéré comme ressource et n’a pas de traitements uniformes (incinération ou enfouissement généralement).

On peut même imaginer qu’à terme Phenix ne soit plus uniquement sur le traitement en aval de cette ressource mais également en amont afin de réduire justement le traitement des ressources en fin de vie. C’est exactement l’objectif de Jean à qui nous souhaitons plein de nouvelles réussites à Phenix.

Soutenez-nous et diffusez l’économie circulaire autour de vous en partageant le podcast sur les réseaux sociaux et en mettant la note de 5 étoiles sur iTunes. Vous pouvez les écouter sur Deezer, Spotify, Pippa ou sur votre appli de podcast.

Post a Comment