TOP

#21 – Elsa Monségur – La Textilerie

Elsa Monségur a travaillé 6 ans dans le Web et le e-commerce avant d’ouvrir un nouveau chapitre dans sa vie : celui de l’aventure entrepreneuriale au service du lien social et d’une économie circulaire.

La reconversion d’Elsa, cofondatrice de La Textilerie, a commencé avec une machine à coudre. Alors grande consommatrice de vêtements et notamment de fast-fashion, elle commence à questionner son rapport à la mode et à la consommation lorsqu’elle commence à customiser ses vêtements, à les réparer et à les transformer. Ce faisant, elle en vient vite à s’intéresser aux fibres et aux matières, puis à l’industrie dans son ensemble et enfin à l’ensemble des impacts de cette filière, surconsommatrice de ressources.

Elsa quitte alors son poste dans le web pour se lancer dans une aventure qui fait sens pour elle, tant par la cause qu’elle défend que par le métier d’entrepreneure. Inspirée par La Réserve des arts, elle rencontre Alice Merle de Mode Estime avec qui elle créé La Textilerie, un espace dédié à la mode responsable.

Installé à Paris, ce lieu propose une nouvelle approche de la mode, une approche plus libre, plus éthique et humaine.

 

 

La Textilerie, qu’est-ce-c’est ?

À quelques pas du canal Saint-Martin, cet espace associatif est un bon équilibre entre la fripe, le café et l’atelier. Le modèle de l’association se base sur les piliers de l’économie circulaire pour donner une deuxième (minimum) vie aux vêtements et tissus donnés, récupérés par les visiteurs ou partenaires, et même par ceux encore en possession de ces derniers.

Pour permettre une économie circulaire des vêtements et le développement de ce système de mode responsable, il y en a pour tous les goûts, besoins et budgets. Composés d’une pièce boutique, d’un atelier et d’un espace café, les options sont variées.

  • Pour ceux qui souhaiteraient apprendre à coudre ou encore mieux, fabriquer leur propre sac ou customiser leurs vêtements, il y a des cours de couture dont le tarif varie selon l’objectif et la durée.
  • Pour les petites retouches sur votre pantalon ou votre tee-shirt, La Textilerie fait office de Repair Café, gratuitement.
  • Pour acheter une petite veste ou un bijoux pour votre frère ou votre meilleure amie, il y a la vente de seconde mains avec un prix moyen de 5€50.
  • Pour les vêtements qui ne sont pas valorisés (vente ou transformation), Elsa et Alice redistribuent gratuitement et transforment l’association en vestiaire solidaire.
  • Pour les fans de couture ou de DIY ou les addicts des beaux tissus, La Textilerie propose une sélection de tissus bios certifiés GOTS (Ecocert)

 

De salariée à entrepreneure

Elsa n’hésites pas à nous parler de son passage au statut d’entrepreneure et du changement de vie qu’elle a choisi. Elle évoque l’importance du soutien qu’elle a reçu de ses proches et des retours d’expérience de nombreuses personnes qu’elle a eu la chance de rencontrer, qui lui ont permis de ne pas développer un projet en marge de son entourage ou de ce qui avait déjà pu être fait. « Un des meilleurs conseils que l’on m’a donné, c’est de rencontrer des gens ».

Bien que ce nouveau mode de vie apporte des contraintes liées notamment aux nombreuses et nouvelles responsabilités avec le côté très prenant que cela suppose, pour rien au monde elle ne reviendrait en arrière. Ce projet associatif et ces actions pour une économie circulaire et durable sont selon elle des éléments qui l’a font sentir plus libre.

 

« Le fait de faire donne du pouvoir ! »

La liberté et la question du pouvoir que nous avons sur ce que nous faisons y compris consommons ou achetons, c’est quelque chose sur lequel elle souhaite insister et qui est pour elle clef dans ce projet. En effet, le fait de mettre les utilisateurs face aux machines à coudre et de travailler sa communication autour des matériaux, impacts et fonctionnement de la filière est pour elle un moyen de leur redonner du pouvoir sur ce qu’il consomme sans être culpabilisant. « Le faire est un outil de prise de conscience et de changement de comportements, un outil pour le développement de la capacité d’action et de compréhension. » pense-t-elle.

« Produire autant de vêtements, c’est malade ! »

Cette action de faire et cette optimisation de la durée de vie des ressources et produits textiles permet d’en revenir à des modes de vie plus sobre, aux antipodes de que ce propose entre autres la filière de la fast-fashion.

 

Éthique et viabilité ne sont pas antinomiques

Pour permettre au projet de se faire une place face au système bien établi de la surconsommation, Elsa et Alice jouent avec les codes de la mode pour faire de la réutilisation un « must have ». En travaillant sur la communication et l’image de marque, en créant notamment des looks ou en organisant des évènements, elles participent à changer l’image du réemploi et de la seconde main. Car oui, s’habiller ne devrait pas rimer avec polluer.

En plus de « redorer » l’image du réemploi, il est important d’assurer l’équilibre financier pour assurer la pérennité de l’association au delà des seules aides publiques. Ce choix de positionnement et de communication, en plus d’être utile pour la planète est donc stratégique.

 

En résumé, dans ce podcast Elsa nous partage son histoire, de la création du projet à sa vie d’entrepreneure, pour nous rappeler que changer de carrière ou de modes de production pour (re)donner du sens à son travail et à ce que l’on produit est un rêve bel et bien accessible.

 

 

Infos pratiques et contacts :

  • Pour vous rendre à la Textilerie : 22 Rue du Château Landon, 75010 Paris / Ouvert de 11h à 19h30 du lundi au samedi
  • Pour le détails des cours de couture, rendez-vous sur : https://www.latextilerie.fr/atelier-couture/cours-de-couture/
  • Pour contacter Elsa, rendez-vous sur LinkedIn ou par mail à contact[at]latextilerie[dot]com.

Soutenez-nous et diffusez l’économie circulaire autour de vous en partageant le podcast sur les réseaux sociaux et en mettant la note de 5 étoiles sur iTunes. Vous pouvez les écouter sur Deezer, Spotify, Pippa ou sur votre appli de podcast.

Post a Comment